Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Le régulateur boursier italien menace l’UE d’un retour à la lire

IMG Auteur
Publié le 16 mai 2017
1193 mots - Temps de lecture : 2 - 4 minutes
( 6 votes, 5/5 ) , 2 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
2
commenter
Notre Newsletter...
24hGold - Le régulateur boursi...

Attention, chaud devant !

La nervosité grimpe dans les cercles de pouvoir de la troisième économie de la zone euro, l’Italie.

Elle est en proie à un véritable effondrement de son secteur bancaire, susceptible de provoquer l’effondrement d’un projet européen déjà bien vacillant.

L’Italie, ou la France ? Lequel de ces deux pays fera chuter une monnaie unique, l’euro, déjà très mal en point et sous respiration artificielle depuis de bien trop nombreuses années.

En cette année d’élection en France, puis l’année prochaine en Allemagne, il est assez prévisible de dire qu’il ne se passera pas grand-chose sur le front du grand « saut fédéral », et vous devez savoir que soit nous allons vers plus d’Europe, soit l’euro explosera. Soit la survie par beaucoup plus d’intégration, soit la désintégration. Or les Allemands ne voudront jamais payer pour les méchants grecs ou les Italiens dispendieux.

Bref, ne croyez pas que tout soit réglé et que tout va bien. En réalité, nous sommes tous assis sur un volcan. Il menace d’exploser à tout moment.

Le monde change considérablement.

N’hésitez pas à rejoindre la communauté des stratégistes en vous abonnant à ma lettre STRATÉGIES ici. J’aborde aussi bien des sujets patrimoniaux et fiscaux que des problématiques immobilières ou évidemment concernant les revenus et l’emploi. Bref, l’idée c’est de vous permettre d’y voir plus clair, c’est d’alimenter votre réflexion avec comme objectif que vous soyez préparés à affronter les grandes mutations auxquelles nous sommes tous confrontés. Avec ma lettre STRATÉGIES, vous pouvez anticiper et donc vous préparer. Vous aurez aussi accès à tous les rapports y compris celui intitulé « Comment survivre à l’Eurocalypse ». 

Voici donc en exclusivité pour vous, la traduction de ce nouvel article.

Volcan italien !

Dans son discours annuel aux marchés financiers, Giuseppe Vegas, le président du régulateur boursier CONSOB, un parfait initié, a fait un pronostic lugubre. Le QE de la BCE a « réduit la pression sur les pays, comme le nôtre, qui plus que quiconque ont besoin de regagner en compétitivité, en stabilité et en convergence ».

Mais cela n’a pas marché, a-t-il déclaré. Malgré des milliards d’euros d’assouplissement quantitatif, la productivité italienne a continué de baisser par rapport à l’Allemagne, reculant de 30 % durant les deux dernières décennies. Aujourd’hui, l’Italie doit commencer à se préparer au pire de ses cauchemars, à savoir au serrage de vis graduel des politiques monétaires de la BCE.

« L’inflation remonte petit à petit vers la zone de l’objectif des 2 %, tandis qu’aux États-Unis on est en train de serrer la vis monétaire », a déclaré Vegas. Le gouvernement allemand met de plus en plus la pression sur la BCE afin qu’elle commence à réduire son QE avant les élections de septembre.

Tout comme les Pays-Bas, dont les parlementaires ont aujourd’hui mis comme jamais Mario Draghi sur le grill. À la fin de la cession, ils ont remis à Mario Draghi en tant que cadeau de départ une tulipe solaire, un rappel en forme de clin d’œil de la tristement célèbre crise financière hollandaise du milieu du XVIIe siècle créée par la bulle sur les tulipes.

Jusqu’à présent, Draghi et ses collègues de la BCE refusent de plier. Mais avec un bilan qui vient d’atteindre les 38,7 % du PIB de la zone euro, soit 15 points de pourcentage de plus que la FED, la BCE pourrait ne plus vraiment avoir le choix. Comme Vegas le met en exergue, pour l’Italie (et les autres pays dans une situation similaire), cela signifiera devoir faire face à une toute nouvelle situation « dans laquelle il ne sera plus possible de compter sur le support externe des effets de levier monétaires ».

Ce qui risque d’être un problème majeur pour un pays devenu dépendant du soutien extérieur. D’après la BRI, en 2016, les banques internationales, et particulièrement celles allemandes, ont réduit leur exposition à l’Italie de 15 %, soit pour plus de 100 milliards de dollars, et la moitié de cette réduction a eu lieu durant le dernier trimestre de l’année. De son côté, la BCE a déjà réduit ses achats de dette européenne, passant de 80 à 60 milliards d’euros par mois.

Alors que l’appétit pour la dette italienne tombe, les taux obligataires italiens vont grimper. Les seuls autres acteurs du marché semblant encore vouloir et pouvoir les acheter (pour le moment) sont les banques italiennes.

Durant une période de deux mois, les banques italiennes ont augmenté leur portefeuille d’obligations de la zone euro de 20 milliards d’euros. De cette somme, 12,3 milliards ont été alloués à des obligations italiennes, d’après une étude conjointe de la BCE et de Jefferies International. Il s’agit de la plus forte augmentation depuis 2015, ce qui signifie que la détention d’obligations italiennes par les banques locales s’élève désormais à 235 milliards d’euros. Lorsque les taux de ces actifs commenceront à monter, ces mêmes banques, qui dans leur grande majorité sont déjà au bord de l’insolvabilité, devront encaisser de nouvelles pertes.

Il s’agit d’une bombe à retardement financière. Comme le Financial Times l’a récemment rapporté, toutes les solutions qui ont été adoptées pour tenter d’enrayer la crise financière italienne n’ont servi à rien. Cela semble inclure le dernier plan B, qui consiste en bref à titriser des milliards d’euros d’actifs toxiques afin de les disséminer aussi loin que possible, et parmi un spectre d’entités le plus large possible, avec l’assistance des banques de Wall Street. D’après le Financial Times, ce plan piétine déjà.

En attendant, Bruxelles continue de cogiter quant à la façon de gérer le sauvetage de la banque la plus insolvable d’Italie, Monte dei Paschi di Siena, qui vient juste d’annoncer de nouvelles pertes trimestrielles de 169 millions d’euros. D’autres banques majeures, comme Banco Popolare di Vicenza (BPVI) et Veneto Banca, sont dans des situations tout aussi bancales. Une fois de plus, les régulateurs italiens avertissent des dangers découlant de l’application à la lettre des règles de renflouement interne de l’UE.

Dans son discours, Vegas a proposé l’introduction d’un filet de protection de 100 000 € pour les porteurs obligataires, la plupart d’entre eux étant des citoyens italiens ordinaires. Ensemble, ils possèdent pour environ 200 milliards d’euros d’obligations alors que les banques leur avaient dit qu’il s’agissait d’un investissement sûr. Ce qui n’est plus le cas.

« La gestion des crises peut parfois requérir une intervention incompatible avec les mécanismes de Francfort et de Bruxelles », a ajouté Vegas.

Pour faire passer le message, il a proféré une menace à peine voilée en direction de Francfort et de Bruxelles, à savoir celle de la sortie de l’Italie de la zone euro. Une perspective qui ne doit pas être ignorée vu la progression récente du sentiment anti-européen et l’augmentation de la stabilité politique dans la Botte. Il a donc menacé : « Rien que l’annonce d’un retour à la monnaie nationale provoquerait une fuite immédiate des capitaux qui remettrait sérieusement en question la capacité de l’Italie à refinancer sa dette, la troisième du monde. »

Il s’agit de la menace ultime : la souveraineté monétaire, avoir sa propre devise, dans un contexte très difficile. »

Article de Don Quijones, publié le 10 mai 2017 sur WolfStreet.com

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Allemagne | France | Italie | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Allemagne | France | Italie | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (6 votes)
>> Article suivant
Charles Sannat est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires Il a exercé les fonction de directeur des études économiques de la société Aucoffre.com de 2012 à 2015, et créé le Contrarien Matin un site de « décryptage quotidien, sans concession, humoristique et sarcastique de l’actualité économique ». Il a fondé en Septembre 2015 le site Insolentiae.com et se consacre depuis pleinement à ce nouveau projet éditorial.
Derniers sujets du forum :
Commenter cet article
>Suivre tous les commentaires du site
Vous devez être connecté pour commenter un article8000 caractères max.
connectez-vous ou inscrivez-vous
  Tous Favoris Mieux Notés  
Entre la Pologne et la Hongrie qui s'opposent avec vigueur à Bruxelles quant à l'accueil de migrants et la menace italienne non voilée de sortir de l'€, l'autorité de l'UE est de plus en plus contestée. Quand ce sera trop tard, une fois de plus la France aura un (gros) wagon de retard. Et avec nos pro-UE aux manettes, on va encore faire les funambules.
Mitterrand, pris à la gorge, a bradé le pays à Maaestricht aux mains d'Helmut Kohl, comme le montre Aquilino Morelle dans "l'Abdication". Et depuis, chaque nouveau Président va pleurnicher dans le giron d'Angela qui refuse d'ouvrir le cordon de sa bourse ( pas folle). Elle a engrangé 60 % de la création monétaire de la BCE !
Qui va craquer le premier ? L'Italie ?
Quelle première banque va plonger et appliquer "le bail in" ratifié par Sapin : saisie de l'épargne déposée au dessus de 100.000 euros ( pour le moment) ?...
Macron a dit hier en Allemagne qu'il voulait refonder l'Europe puis qu'il ne voulait pas d'un nouveau traité européen ... Angela lui a répondu: " Touche pas à mon Europe !"
Comprenne qui pourra !
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Entre la Pologne et la Hongrie qui s'opposent avec vigueur à Bruxelles quant à l'accueil de migrants et la menace italienne non voilée de sortir de l'€, l'autorité de l'UE est de plus en plus contestée. Quand ce sera trop tard, une fois de plus la France  Lire la suite
merisier - 16/05/2017 à 20:26 GMT
Top articles
Derniers Commentaires
Votre épargne est-elle garantie par l’État? Le Conseil fédéral vous...
13:44glanduron
Analyse très intéressante ! Merci Madame Held Khawam. J'en tire comme enseignement qu'il est bien préférable de multiplier les comptes aup...
Robotisation et revenu universel : et s’il y avait d’autres solutio...
07:22zelectron
.. "Nous n'avons pas taxé les tracteurs agricoles quand ils sont apparus.. Et pourtant, ils ont entraîné un chômage massif. Pourquoi donc taxer les...
La fin des véhicules traditionnels dès 2024 ?
04:09zelectron
Le grand capital va se jeter sur ce marché comme la vérole sur le bas clergé et les individus payeront le maximum tolérable possible le droit (le l...
Votre épargne est-elle garantie par l’État? Le Conseil fédéral vous...
01:05zelectron
Là il s'agit de la Suisse et d'autres pays éventuellement, mais tout le monde sait qu'en France l’État est honnête* et remboursera les clients des ...
L’opinion publique n’existe pas. Pierre Bourdieu
25 maiglemet1
La fascination intellectuelle qui frappe certains commentateurs au sujet de "l'œuvre" de Pierre Bourdieu n'a pas fini d'intriguer. Quand Bourdieu d...
La fin des véhicules traditionnels dès 2024 ?
25 maiungars-1
Une chose est certaine : le déclin du pétrole comme carburant. Et là, non seulement les transports terrestres sont concernés, mais aussi aériens et...
Fulgurant!! Le Bitcoin grimpe au-dessus de 2 000 dollars
25 maiblitzel
Ceux qui sont pour le Bitcoin ont déjà oublié le krach dont il a déjà fait les frais il y a quelques mois. Une montée aussi rapide , c'es...
Le maire qui prend un arrêté interdisant aux gens de mourir chez eu...
25 maiblitzel
S'il est mort pourquoi appeler le Samu? S'il est mort pourquoi appeler l' AR Santé, puisque le mourant n'a plus de santé ? Et le médecin, ...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX
Profitez de la hausse des actions aurifères
  • Inscrivez-vous à notre market briefing minier
    hebdomadaire
  • Recevez nos rapports sur les sociétés qui nous semblent
    présenter les meilleurs potentiels
  • Abonnement GRATUIT, aucune sollicitation
  • Offre limitée, inscrivez-vous maintenant !
Enregistrer
Accédez directement au site.