Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Ce qui se cache derrière la hausse du prix de l’or

IMG Auteur
Publié le 16 mai 2015
657 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 4 votes, 5/5 )
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
[titre article pour referencement]
0
envoyer
0
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Marchés

Banks not buying what the government is selling/CNBC/Jeff Cox/5-12-2015

Au fil des années, j’ai occasionnellement écrit sur le sujet de la déconnexion qui existe entre la demande en dette gouvernementale américaine et le quantitative easing. Mon assertion est claire. Le déterminant premier du quantitative easing n’est pas, comme on nous le dit souvent, le maintien du taux de chômage à la baisse ou la stimulation de l’économie (notez que j’utilise le mot « premier », et non « seul »). Le quantitative easing a pour objectif de soutenir le marché de la dette gouvernementale et de maintenir le gouvernement en place – pas seulement aux Etats-Unis, mais partout où cette politique est employée.

Quand le prix de l’or perd soudainement vingt dollars en une journée, nous tournons le regard vers le marché de la dette et, par extension, les taux d’intérêts, pour déterminer s’ils sont responsables des fluctuations de l’intérêt porté au métal.

Je suis tombé sur cet article hier (lien ci-dessus), qui ne semble pas avoir beaucoup attiré l’attention, et ai enregistré le lien pour y revenir plus tard. Je pensais l’utiliser pour rédiger mon prochain bulletin, mais au vu des évènements d’aujourd’hui, j’ai pensé un court article de rigueur.

Selon Citigroup, les « enchères sur les bons du Trésor américain sont terminées ». Voilà qui paraît terminal et qui, dans un certain sens, l’est. Les banques commerciales n’achètent pas de bons du Trésor, mais les banques centrales le font, et selon cet article publié par Asia Times, elles ne sont pas toujours fiables (voyez la Chine, qui a quitté le marché des bons du Trésor américain).

« Une transformation en termes d’achats ou de préférences des banques centrales pourrait engendrer une forte hausse des rendements des bons du Trésor en raison de l’appétit diminué des investisseurs privés ». C’est l’idée de « forte hausse » qui devrait en faire frémir plus d’un autour de la table du FOMC. Un tel développement pourrait mettre en péril le projet actuel de faible hausse des taux d’intérêt. Ajoutez à cela les inquiétudes quant à la liquidité du marché des obligations et les rumeurs selon lesquelles la Fed serait en passe de perdre le contrôle de ses politiques monétaires et d’intérêts, et vous comprendrez que le paradigme actuel du marché est assez troublé. Alan Greenspan nous a par exemple mis en garde ce matin de la possibilité d’un nouvel épisode similaire à celui qui a succédé à l’annonce par la Fed de la réduction de ses achats d’obligations. Aux yeux des insiders, une telle transformation est synonyme d’un marché des obligations chancelant, et pourrait être responsable de la hausse du prix de l’or enregistrée aujourd’hui.

En l’absence de demande en dette gouvernementale, le chemin à suivre dans le panthéon de choix keynésiens est d’imprimer davantage de monnaie – ou, pour être plus poli, de réintroduire le quantitative easing. Ce que nous avons vu aujourd’hui sur le marché de l’or pourrait être dû à la compréhension par les insiders des connexions mentionnées ci-dessus en termes de revirement des politiques monétaires. N’oubliez pas que les corporations américaines souffrent aussi d’un dollar fort. Apple, le géant du marché boursier, en est la première touchée. Les corporations américaines font pression, il faut le souligner, sur les politiques monétaires du dollar.

Malgré la déclaration de Greenspan, nous avons récemment enregistré des activités intéressantes en termes de base monétaire, qui a depuis le début de l’année présenté des signes de hausse – avec une hausse de près de 6% sur l’année jusqu’à 4,167 trillions de dollars, avant de diminuer peu de temps avant le plus récent rapport. La base monétaire est une réflexion directe de l’expansion de ses bilans par la Fed (quantitative easing). Il se pourrait donc que des choses se passent déjà en coulisses, bien que nous n’ayons que peu de chances d’en entendre bientôt parler. Une déclaration quelle qu’elle soit n’est selon moi pas nécessaire.

Il y a du changement dans l’air.

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Chine | Etats-unis | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Chine | Etats-unis | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (4 votes)
>> Article suivant
Michael J. Kosares est le fondateur de USA GOLD - Centennial Precious Metals et a plus de 35 ans ans d’expérience sur le marché de l’or. Il es l’auteur de The ABCs of Gold Investing: How to Protect and Build Your Wealth With Gold et de nombreux articles publiés dans la presse.
Voir son site webS'abonner à ses offres
Publication de commentaires terminée
Dernier commentaire publié pour cet article
Soyez le premier à donner votre avis
Ajouter votre commentaire
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX