Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

Piketty et l’euthanasie des travailleurs

IMG Auteur
 
Publié le 17 juin 2014
844 mots - Temps de lecture : 2 - 3 minutes
( 16 votes, 4,3/5 ) , 5 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
5
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

 

 

 

 

La publication du Capital au XXIème siècle, un ouvrage décrivant la supposée montée des inégalités dans les pays développés, a récemment fait sensation.


Rédigé par l'économiste français Thomas Piketty, l’ouvrage prétend démontrer que sur le long terme, les sociétés des pays développés risquent de redevenir plus inégalitaires. La cause de cet écart croissant entre les riches et les pauvres serait que le taux de rendement du capital dépasserait le taux de croissance économique. Pour corriger cette évolution, Thomas Piketty propose des interventions ciblées de l’État de nature redistributive.


Problèmes méthodologiques


Après un accueil international d’abord dithyrambique, grâce aux louanges d’économistes célèbres comme Paul Krugman et Joseph Stiglitz, une enquête du Financial Times (FT) plongeant dans les sources des données de Thomas Piketty a révélé de graves lacunes dans son argumentation.


Chris Giles, l'éditeur économique du FT, arrive à la conclusion que les feuilles de calcul de Thomas Piketty étaient criblées « d‘erreurs de transcription à partir des sources originales et de formules incorrectes. Il apparaît également que certaines données sont triées sur le volet ou construites sans source ». Et de constater qu’avec les données rectifiées, la thèse centrale de la hausse des inégalités n’est plus vérifiée.

 

Le FT n'était pas la première publication à signaler les problèmes de données inhérents aux travaux de Thomas Piketty. En septembre 2013, l’économiste et historien Nicolas Baverez avait déjà souligné dans le magazine Le Point qu'il planait de sérieux doutes sur les données utilisées dans l'édition originale française de l’ouvrage.


Thomas Piketty fait l’impasse sur la convergence entre pays riches et pauvres


Indépendamment de ces questions méthodologiques, même si son analyse de l'écart grandissant entre les riches et les pauvres dans les pays développés restait vérifiée, elle ne tiendrait pas compte d'un développement beaucoup plus important.


Bien qu'il soit concevable qu’il existe et existera de plus en plus d’inégalités au sein des pays, nous observons le contraire entre les pays à l’échelle mondiale.


En 1980, le PIB par habitant chinois était égal à 1,5% du PIB par habitant américain. En 2012, ce chiffre était passé à 10,5%.


L'augmentation de la richesse relative en Corée du Sud est encore plus forte au cours de la même période : de 13,2% en 1980 à 39,1% en 2012. Même chose pour la Malaisie (de 14,3% à 20,1%), le Pérou (de 9,5% à 13,1%), ou le Botswana (de 8,4% à 14%).


Tous ces pays deviennent non seulement plus riches en termes absolus, mais ils réduisent aussi leur écart relatif avec les États-Unis, la première économie du monde.


En embrassant la mondialisation, ces pays anciennement moins développés rattrapent l'Occident développé. Plus leur économie est devenue ou est restée libérale, plus vite et plus forte était leur convergence.

 

Malheureusement, on ne peut pas en dire autant pour les autres pays, principalement en Afrique, qui ne sont pas devenus des économies ouvertes, libérales et sont restés pauvres.


Cependant, cette convergence – en particulier en Asie – est une réussite remarquable.


La liberté économique mène au progrès social


Il est instructif d'examiner les allégations de Piketty dans ce contexte. Même s'il avait raison à propos de la polarisation économique au sein des pays développés, il faudrait admettre que les inégalités à l'échelle mondiale sont en baisse quand les pays en développement adoptent un modèle économique libéral.


À mesure que ces pays s'orientent vers un système de marché libre, leur productivité s'améliore, leurs revenus augmentent rapidement et l’on constate une amélioration de la plupart des autres indicateurs tels que l'éducation, la santé et l'espérance de vie.


À l’échelle du monde, l’adhésion à l’économie de marché est un gigantesque saut vers le progrès social. Elle produit des résultats que des décennies d'aide au développement n’ont pu fournir. Et elle comble l’écart entre le monde pauvre et le monde riche.


Les recommandations politiques de Thomas Piketty finiraient de sceller le destin des travailleurs occidentaux peu qualifiés

 

Vues sous cet angle, les recommandations politiques de Thomas Piketty en faveur d’une redistribution accrue des richesses au sein des pays développés ne font plus sens. Les problèmes des travailleurs non qualifiés de l'Ouest ne peuvent être résolus par une plus grande taxation des riches de l’Ouest.

 

Ils ne peuvent être résolus qu’en faisant en sorte que chacun, au sein des sociétés développées, ait les compétences nécessaires pour participer à l'économie mondiale en mutation. L’augmentation des salaires ne peut être durable que si la productivité augmente d’autant. Cela nécessite une profonde réforme des systèmes éducatifs peu efficaces de nos sociétés développées.

 

Au fur et à mesure que les pays en développement deviennent plus économiquement libéraux, la réponse des pays développés ne doit pas être de devenir moins économiquement libéraux en augmentant le poids des règlementations et des redistributions, au risque « d’euthanasier » les travailleurs les moins qualifiés.


Pourtant, c'est ce que recommande Thomas Piketty.


Si elles étaient appliquées, ces politiques rendraient les pays développés moins compétitifs par rapport à leurs challengers nouvellement développés. Cela ne ferait qu'aggraver le problème que l’on  cherche à résoudre.


Celui qui se soucie des inégalités au niveau mondial devrait soutenir le libéralisme économique, pas le combattre.

 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Botswana | Corée Du Sud | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Botswana | Corée Du Sud | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,3 (16 votes)
>> Article suivant
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
un pib qui augmente peut se faire avec des inégalités qui vont croissantes, le pib n'est pas pertinent pour mesurer les inégalités dans un pays et encore moins entre les pays. Le libéralisme économique, en théorie c'est une idée attirante, mais en pratique on sait que ça se traduit par concurrence fiscale, sociale, dumping salarial, protectionnisme, oligopole quand ce n'est pas cartel, entente, délocalisation, chômage, précarité, accroissement des richesses pour une minorité et au final accroissement des inégalités pour la majorité.
La calomnie de l'opposition par des idiots-utiles a le vent en poupe: quand vous voyez un type discrédité -d'une façon ou d'une autre- participer à la critique de la domination... Bingo! Vous avez trouvé l'erreur.
Exemple-type: Marine Le Pen.
Piketty... Encore un type formaté par le crédo riche/pauvre et qui croit que l'état est le sauveur. Interventions ciblées de l'état !!! Tu parles !!!!!
Il y a d'excellents psychothérapeutes !!!
Evaluer :   4  0Note :   4
EmailPermalink
Pauvre Piketty !
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Lorsque vous dites: "Celui qui se soucie des inégalités au niveau mondial devrait soutenir le libéralisme économique, pas le combattre." Libéralisme, oui, Libéralisme en tant qu'idéologie, non. Les occidentaux ne peuvent pas lutter contre une concurrence déloyale où se sont des esclaves modernes sous-payés qui nous font concurrence. Que vous le vouliez ou non, la démocratie ne vient pas du Libéralisme International mais des Etats Nation. C'est pourquoi les Etats Unis sont en train de relocaliser leur production et taxent les produits importés de façon ciblée et intelligente. Ils ont compris que le Libéralisme en tant qu'idéologie va à l'encontre de la liberté chez-eux. Les Chinois le savent aussi. Il est impossible d'investir en Chine dans un secteur concurrentiel où un occidental ne peut être qu'actionnaire, par contre un financier Chinois peut acheter ce qu'il veut où il veut à la découpe en France. Le libéralisme en tant qu'idéologie peut aboutir aux pires inégalités. Pour moi, les données de Thomas Piketty sont sérieuses et incontestables. Plutôt qu'une intervention redistributive de l'Etat, comme il préconise, il conviendrait selon moi de faire ce que fait la Chine et de plus en plus les US: une protection douanière ciblée et intelligente de chacun de nos Etats Nation. Il est clair que l'on ne peut pas concurrencer un pays qui pratique des salaires à 300 euros par mois 10h/jour 6 jours sur 7 et des ingénieurs d'un bon niveau à 600 euros sans charges sociales. Je ne parle pas des normes environnementales non respectées. Je crois qu'il faut arrêter d'être Libéral béat et surtout naïf.
Evaluer :   8  1Note :   7
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
La calomnie de l'opposition par des idiots-utiles a le vent en poupe: quand vous voyez un type discrédité -d'une façon ou d'une autre- participer à la critique de la domination... Bingo! Vous avez trouvé l'erreur. Exemple-type: Marine Le Pen. Lire la suite
nymeo - 02/07/2014 à 14:40 GMT
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX