Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

La colère du précariat

IMG Auteur
 
Publié le 28 octobre 2014
1128 mots - Temps de lecture : 2 - 4 minutes
( 9 votes, 4,8/5 ) , 3 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
3
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Or et Argent

 

 

 

 

Les réformateurs ne mettent pas assez en avant le progressisme de leur programme politique. Sans doute parce qu'ils ont oublié que l'émergence d'un mouvement politique d'ampleur repose aussi sur la colère, les besoins et les aspirations d'un groupe social émergent.

 

Aujourd'hui, en Europe, ce groupe est représenté par le précariat.

 

Qu’est-ce que le précariat ?

 

Le précariat regroupe les travailleurs qui ont des contrats précaires sur le marché du travail, comme par exemple en France les CDD, les CNE et les conventions de stages, ainsi que les intérimaires ou encore les emplois des travailleurs clandestins.

 

Dans l'Europe sociale-démocrate des États-Providence, le précariat devient structurel et pour la classe dirigeante (décideurs politiques, administration, syndicats, professions protégées, oligarques et capitalistes de copinage), il s'agit de lui faire supporter tous les risques, toutes les incertitudes de l'emploi et du chômage.

 

Il se compose d'une multitude de personnes souffrant d'insécurité, d'une vie en pièces, étant employées sans l'être vraiment, à court terme, sans horizon professionnel, incapables de se forger une identité, précarisés jusque dans leur esprit.

 

Il y a bien sûr les millions de jeunes instruits mais frustrés par le chômage, les millions de femmes limitées dans leur succès professionnel et obligées de choisir entre vie de famille et emploi, un nombre croissant de personnes portant le masque d'une criminalité sans victime, des milliers de personnes vues comme  « handicapées » et des millions d'immigrés.

 

Ils vivent sur le même sol que les privilégiés mais ont un éventail plus restreint de droits que les autres.

 

La récupération du précariat par les extrêmes

 

Jusqu'à présent, le précariat européen a été mis en scène par les mouvements étatistes extrémistes dans des manifestations mal organisées. Mais, comme on le voit dans les pays d'Europe du Sud, comme on le sent dans les autres pays européens, la situation évolue.

 

Les extrêmes se mettent en scène comme les avocats de cette nouvelle strate sociale, vivant cela comme un second épisode de la lutte des classes. Après la classe ouvrière de l'âge industriel, le précariat de l'âge des services.

 

Spoliés par l’État

 

Étant réformateurs, rappelons-nous plutôt que l'État-Providence n'est pas le fruit de la lutte des classes mais le fruit des grandes guerres européennes.

 

Historiquement, à partir du 18ème siècle, les dépenses militaires des États ont atteint de nouveaux sommets en réaction aux menaces d'invasion des États voisins. L'accroissement de ces dépenses militaires a provoqué l'alourdissement de la pression fiscale et face au mécontentement des créateurs de richesse donc principaux contribuables, l'État a été obligé d'octroyer des droits civils et politiques à un groupe de plus en plus large de la population.

L'appareil d'État issu des guerres totales de 1870, 1914 et 1939 mais se maintenant en temps de paix sous la forme d'un État contrôlant directement ou indirectement tous les aspects de la vie des citoyens, couplé à un suffrage devenu vraiment universel, a fait en sorte que la satisfaction des différents intérêts privés a depuis occupé l'essentiel de la vie politique des États européens. On prend à Paul pour donner à Sophie. Et inversement. Sans fin. Et l’État n’oublie pas de se servir copieusement au passage.

 

L'État est la grande fiction selon laquelle tout le monde vit aux dépens de tout le monde, où les gouvernants distribuent des privilèges sociaux et économiques pour s'attirer les faveurs de certains groupes d’électeurs.

 

Le groupe des privilégiés (les insiders) craignent de perdre leurs privilèges si la société est reformée et libérée. Par le passé, les outsiders concentraient leur énergie politique non pas sur la libération de la société pour tous, mais pour que certains d’entre eux puissent péniblement s’insérer dans le groupe des privilégiés.

 

De nombreuses économies européennes se sont ainsi retrouvées coincées dans cet équilibre insiders-outsiders résultant en un taux de chômage réel oscillant entre 10 et 20% depuis des décennies.

 

L’étatisme favorise les privilégiés parce qu'il confère un pouvoir économique énorme à l’État et que ce sont les privilégiés – pas le précariat – qui ont les moyens d’exploiter ce pouvoir. Les privilégiés sont intrinsèquement mieux placés que le précariat pour exploiter la puissance de l’État. Ainsi, plus l’État devient puissant, plus les privilégiés sécurisent leur position.

 

Le précariat et l’offre politique

 

Selon l'extrême gauche, le précariat a émergé de la libéralisation qui sous-tend la mondialisation. Cette classe encore non consciente d'elle-même est vue comme dangereuse car sa colère amère peut être récupérée par les populistes d'extrême droite.

 

Pour l’extrême droite, le précariat est l’objet d’un rebranding intelligent où les partis concernés jouent sur la peur des étrangers et de la mondialisation pour justifier encore plus d’État.

 

Pour les réformateurs, la colère du précariat est la conséquence directe de l'État-Providence et devrait être vue comme une opportunité.

 

Soit elle est récupérée par les corporatistes de droite ou de gauche et elle servira à consolider le statu quo de l'État-Providence actuel, rejetant encore une fois le risque social et économique sur d'autres groupes sociaux au bénéfice des anciens et nouveaux privilégiés, clients électoraux des partis de droite ou de gauche.

 

Soit le précariat se révèle sensible aux messages des réformateurs et un changement de modèle devient possible en Europe.

 

Un appel au réveil des réformateurs

 

La plupart des sociaux-démocrates européens perdent du terrain. Leur rhétorique est restée coincée dans le 20ème siècle, usant encore de symboles adaptés à une société industrielle fermée, pas à une société de services ouverte.

 

Les solutions proposées par tous les étatistes, de l'extrême gauche à l'extrême droite en passant par les sociaux-démocrates ? On les connaît. Ce sont les mêmes qu'il y a un siècle, seuls leurs noms changent quelquefois. Le plus souvent, ils se contentent de garder le même nom et de rajouter un adjectif à la mode : « solidaire »,  « équitable », etc. Mais le principe reste le même. Le contrôle. Contrôler encore plus. L'État doit tout contrôler. Pour eux, la lutte contre la précarité passe par le contrôle de l’épargne, du temps, de l'espace, des connaissances et des échanges entre les personnes.

 

Cela vous rappelle quelque chose ? C'est normal, c'est ce qui a été expérimenté depuis un siècle. Avec le résultat actuel. Un nivellement par le bas. Au lieu d'inciter à la création de richesse pour éradiquer la pauvreté, on la confisque et on veille à ce que tous soient égaux dans la pauvreté.

 

Les réformateurs doivent se réveiller et réaliser que l’avenir de leurs idées dépend de leur réponse aux besoins, aux craintes et aux aspirations de ce précariat pour que ses membres puissent prendre enfin le contrôle de leur vie et participer activement à la société du 21ème siècle.

 

Les réformateurs doivent absolument proposer une vision à la crise systémique de l’État-Providence. J’ai par le passé esquissé certains éléments de cette vision. Je vous soumettrai prochainement un programme pour venir concrètement en aide au précariat.

 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : France | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : France | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,8 (9 votes)
>> Article suivant
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
"Selon l'extrême gauche, le précariat a émergé de la libéralisation qui sous-tend la mondialisation. Cette classe encore non consciente d'elle-même est vue comme dangereuse car sa colère amère peut être récupérée par les populistes d'extrême droite. Pour l’extrême droite, le précariat est l’objet d’un rebranding intelligent où les partis concernés jouent sur la peur des étrangers et de la mondialisation pour justifier encore plus d’État."
Si on prend comme point de vue que la gauche c'est plus d'état et la droite moins d'état, Ce que l'auteur appelle "extrême droite" est en fait à l'extrême gauche. De mon point de vue, ce qu'a écrit A. Korbel n'a pas de sens. Je rappelle que sans un état fort, le communisme, le socialisme, le fascisme et tout les autres gauchismes ne peuvent pas exister. Le capitalisme, le libéralisme plus généralement, sans le limiter à son volet économique, n'a pas besoin d'un état allant au-delà de ses missions strictement régaliennes. A droite, il n'y a que le libéralisme et rien d'autre, tout le reste est à gauche.
"L'appareil d'État issu des guerres totales de 1870, 1914 et 1939 mais se maintenant en temps de paix sous la forme d'un État contrôlant directement ou indirectement tous les aspects de la vie des citoyens, couplé à un suffrage devenu vraiment universel, a fait en sorte que la satisfaction des différents intérêts privés a depuis occupé l'essentiel de la vie politique des États européens. On prend à Paul pour donner à Sophie. Et inversement. Sans fin. Et l’État n’oublie pas de se servir copieusement au passage."
Nous vivons tous sous une économie de guerre parce que depuis 1914 l'or et l'argent ne peuvent plus êtres utilisés comme monnaie. Cela fait un siècle, maintenant plus personne ne se rend compte que l'état nous a privé de cette liberté, du coup plus personne ne sait ce qu'est une économie saine, le commerce paisible ou tout simplement la paix. C'est parce que le travail n'est plus rémunéré que par le papier ou les bits informatiques de l'état, dont la valeur ne repose sur rien que nous avons perdu la liberté d'échanger librement, conserver et transmettre librement le fruit de notre travail et surtout la possibilité de connaître la véritable valeur de ce que nous avons car sans étalon de valeur, l'état peut nous faire croire n'importe quoi. Qui me dit qu'une dette étatique libellée dans une devise qui ne repose sur rien a de la valeur ? Si ce n'est pas le cas la dette peut s'accroître à l'infini. Mais cette dette, qu'il faudra rembourser même si c'est en fait jamais, est une partie de la masse monétaire, donc de l'argent tout autant que les billets de banque. Une telle accumulation de dette amoindrit la valeur de chaque unité, c'est une forme d'inflation "cachée". Donc on peut travailler toute sa vie sans jamais rien gagner parce que la valeur de la devise baisse continuellement ou plutôt n'en a jamais eu, c'est de l'esclavage.
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
Magnifique commentaire, merci.

Je crois que c'est Murray Rothbard qui a remarqué ce que vous décrivez, à savoir que la seule différence politique entre la gauche et la droite, quels que soient les noms que les partis veulent prendre, est entre plus ou moins d'Etat. A gauche plus d'état, donc le totalitarisme plus ou moins affirmé avec tous ses ismes (fascisme, socialisme, communisme...) et vers la droite une direction inverse, de moins en moins d'Etat, c'est à dire de plus en plus de liberté individuelle.

Remarquons qu'à cette aune la droite française, qui se repait depuis toujours de délices de l'Etatisme, est bien à gauche...
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
"Je vous soumettrai prochainement un programme pour venir concrètement en aide au précariat."
Alors là, j'attends de voir !
Il n'en reste pas moins que nous vivons de plus en plus la présence de l'état qui conforte effectivement la position des privilégiés-décideurs-parasites.
A partir du moment où par exemple l'autorité a été confisquée on déstabilise la population. On le voit bien dans le monde du travail où la liberté d'embauche et de débauche ne fonctionne qu'à travers contrats et autorisations. L'entrepreneur ni ses salariés ne sont maîtres dans leurs entreprises. Les vrais maîtres sont les syndicats, l'inspection du travail, les prud'hommes. Par compensation on a mis en place CDD et CDI. C'est comme cela qu'on a instauré la frilosité des entrepreneurs et la précarité réelle du salarié. L'entreprneur essaye de protéger ce qu'il peut de sa boîte et les travailleurs ont perdu leur dignité. Les vrais patrons ce sont l'état et les syndicats. C'est à dire pour l'un une entité qui n'a rien à faire à cette place et pour les autres des privilégiés qui ne représentent quasiment rien sauf des schémas archaïques.
Pour déboulonner tout ça et redonner vie à la nation, ça va être chaud !!!
Evaluer :   4  0Note :   4
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Magnifique commentaire, merci. Je crois que c'est Murray Rothbard qui a remarqué ce que vous décrivez, à savoir que la seule différence politique entre la gauche et la droite, quels que soient les noms que les partis veulent prendre, est entre plus ou m  Lire la suite
Libertador - 30/10/2014 à 22:02 GMT
Note :  2  0
Top articles
Derniers Commentaires
Pétrole : alerte rouge pour la France et nos approvisionnements
16 sept.Josey Wales2
Avant on n'avait deja pas de petrole mais on avait des idees. Maintenant qu'on a plus d'idees...
Clownerie ministérielle : Bruno Le Maire veut une blockchain publique
14 sept.Fortuna
This country is fucked up
La BCE en mode Père Noël avec 1000 euros pour à Noël !!
10 sept.ramin974
Bonjour, Tout ça me rappelle les parties de monopoly que je faisais quand j'étais petit. Normalement quand un joueur n'a plus de sous, il ...
Martin Armstrong : de nouvelles découvertes compromettent le dogme ...
10 sept.Alain J.
Bonjour Venez habiter entre 1800 et 2200 m d'altitude Mr Flamel. L'expérience en science vaut mieux que toute théorie avec des idées préconçues...
France : une couverture (et une fraude) sociale légendaire ?
10 sept.Red Pill1
Mais, mais, mais, je pensais que nous avions le meilleur systeme de secu du monde, que le monde entier nous l'enviait, et que nos enarques, la fine...
France : une couverture (et une fraude) sociale légendaire ?
10 sept.Go4Gold
Il y a trois sortes de comptables : ceux qui savent compter et ceux qui ne savent pas compter
L’avenir inquiétant des banques… et de vos frais !!
07 sept.jymesnil2
Bon la blague qui consiste à prétendre que les banquiers prêtent l'épargne des clients est une blague....les depots sont ridiculement insuffisants ...
Grâce au glyphosate, la SNCF va nous coûter encore plus cher !
06 sept.Fortuna
En France on n'a pas de petrole, on n'a pas de bonnes idees mais au moins on n'aura plus de desherbants
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX