Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Le grand mythe de l’investissement public

IMG Auteur
 
Publié le 03 avril 2014
913 mots - Temps de lecture : 2 - 3 minutes
( 10 votes, 5/5 ) , 2 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
2
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

 

 

 

 

Compte tenu des problèmes actuels des États européens, il est difficile de nier que les pays dotés de grands secteurs publics ont un problème de croissance économique. Si  l’État grossit trop, il évince l'activité privée et étouffe l'économie par les deux mains de la fiscalité et de la bureaucratie.


Bien que la plupart des économistes acceptent de dire qu’il existe une corrélation négative entre la taille du gouvernement et la croissance économique, beaucoup s’empressent de nuancer en ajoutant que si les dépenses de l’État sont axées sur l'investissement plutôt que sur la consommation, elles peuvent avoir un effet positif sur la croissance économique.


Ici, l'hypothèse implicite est que les dépenses de l’État ne sont ni « bonnes », ni « mauvaises ». Tout dépend de comment l’État dépense son argent (ou plutôt l’argent qu’il a levé ou emprunté sous forme d’impôt ou de dette).


Les « bonnes » dépenses publiques existent-elles ?


Une nouvelle étude publiée par le Centre for Policy Studies, suggère que cette hypothèse est infondée et qu’il n’existe en réalité aucune corrélation positive entre croissance économique et dépenses d'investissement public, quelle que soit leur nature.


Le périmètre de cette étude est particulièrement intéressant puisqu’elle s’intéresse à 19 pays européens de l’OCDE sur une période de 15 ans, de 1996 à 2011.


Son premier constat est plutôt surprenant : les dépenses de l’État liées à ses pouvoirs régaliens (justice, défense, ordre public) sont complétement éclipsées par d’autres activités. En moyenne, 38% des dépenses des États sont affectées à la sécurité sociale, 19% aux fonctions régaliennes, 15% à la santé, 12% à l’instruction et 10% aux subventions et infrastructures.


L’augmentation du poids de l’État que nous vivons depuis un siècle vient de l’accroissement du contrôle étatique dans tous ces secteurs qui ne sont pas régaliens. L’étude souhaite alors vérifier qu’il y a une relation empirique entre les différents types de dépenses publiques et la croissance économique.


La réponse apportée par l’étude va surprendre plus d’un lecteur. Difficile en effet de distinguer entre « bonnes » et « mauvaises » dépenses de l’État. En dehors des dépenses publiques liées aux pouvoirs régaliens, à peu près toutes les dépenses de l’État ont un impact neutre ou négatif sur la croissance.


Le domaine de l’instruction est le seul à être neutre. Les États peuvent y investir plus ou moins, l’impact sur la croissance économique reste statistiquement neutre. En d’autres termes, donner plus d’argent à l’éducation nationale n’a aucun effet sur la croissance économique.


En ce qui concerne les autres secteurs de dépenses de l’État, l’effet sur la croissance est négatif.

En matière de santé par exemple, plus les dépenses de l’État augmentent, moins on a de croissance économique. L’étude estime qu’une réduction des ressources consacrées aux dépenses publiques de santé de 0,5% permettrait d’accroitre la croissance économique de 0,4% par an.


Pour les dépenses de sécurité sociale, l’effet négatif sur la croissance est encore plus prononcé. L’argent que l’État dépense pour les frais de maladie, d’invalidité, de retraite, pour les allocations familiales, chômage et logement tue la croissance. Pour chaque point de pourcentage supplémentaire du PIB consacré à un des éléments de la sécurité sociale, la croissance annuelle du PIB est inférieure de 0,2%.

Les dépenses de l’État liées à l’instruction, la santé ou la sécurité sociale ne font donc pas grandir notre économie plus rapidement.


Et les infrastructures ?


Quid des dépenses publiques en infrastructures ? À Paris comme à Bruxelles, celles-ci ont la réputation de stimuler la croissance économique. Mais qu’en est-il vraiment ?


L’étude souligne qu’en « comparant la moyenne des dépenses d'infrastructure routière des 19 pays européens sur la période 1996-2010, on ne trouve aucune preuve de l’existence d’une corrélation avec la croissance moyenne du PIB réel ». « Le coefficient de corrélation calculé entre la moyenne des dépenses en infrastructures routières en proportion du PIB et la croissance moyenne du PIB réel pour chaque pays sur la période analysée est de -0,066% ». La politique des grands travaux  n’est donc pas le remède miracle que beaucoup de politiciens et de hauts fonctionnaires nous vendent depuis des décennies.


L’étude prête cependant le flanc à quelques critiques. Tout d’abord, corrélation n’est pas causalité. Il est ainsi possible qu’une hausse des dépenses de l’État dans le domaine de la santé et qu’une baisse de la croissance économique surviennent en même temps sans qu’il y ait de lien entre les deux. Une autre critique serait de dire que mesurer l’impact des dépenses agrégées d’instruction n’est pas une approche assez fine : quid de la distinction et des différents impacts entre l’investissement dans de meilleurs enseignants et l’investissement dans de nouvelles salles d’école ?


Cela dit, la conclusion générale de l’étude est plus que plausible : l’État ne peut pas encourager la croissance économique en s’accaparant plus de ressources pour lui-même. L’échange volontaire est le meilleur moyen d’allouer des ressources. La dépense publique, en distordant le mécanisme des prix, sape également les incitations disciplinant le marché ce qui aboutit nécessairement à l’affaiblissement du potentiel de l’économie d’un pays.


Cette étude démontre qu’il n’existe pas de relation entre les principaux secteurs de dépenses publiques et la croissance du PIB réel. Plus grande est la taille de l'État, moins prospère est la société.


Si plausibles que soient ces résultats, il est utile de diffuser ces faits face à l’incessante rhétorique politique demandant plus de dépenses de l’État  - déguisées en « investissements publics » - pour stimuler l’économie.  Ce n’est pas forcément ce que les chiffres montrent.

 

 

<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (10 votes)
>> Article suivant
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Quel dommage, que ces informations, ne soient jamais communiquées au public ( l’électeur moyen n'a sans doute pas le droit de savoir ), certains diront " c'est trop technique, ils ne comprendront pas ", "c'est une approche de la croissance qu'il faut mettre de coté ", notre Sacro-saint " État " ne dépenserait pas pour notre intérêt collectif ?????.

Le " Monde " enfin je veux dire la France idéale serait celle ou l'État ne s'occuperait que du régalien ( Justice, Police, Armée, relations avec les autres pays et les " Finances " pour payer tout cela ) et encore pour certain l'Armée ne serait pas utile ??????, si par mansuétude ou par faiblesse on ajoute le gros budget de l'Éducation et si on confie les Lois, au Parlement ( un seul celui des élus : l'Assemblée National ) et le contrôle des dépenses à la Cours des Comptes ( avec des avis à suivre pour les cas les plus graves, et non plus " informatifs " ).

La solidarité, qui ne peut, ni ne doit être supprimées ( elle permet un accès à un consommation de base indispensable ) étant mis à la charge et sous la vérification des Communautés de communes ( les plus aptes à connaitre les problèmes locaux ), avec une caisse de péréquation pour que les plus riches aident les autres.

Reste deux gros os " la Santé " et les " Retraites ". pour les deux l'État fixe les règles mais ne finance pas vraiment. Pour les retraites, le dogme " du système par répartition " a fait un mal énorme, à la fois pour les retraites, mais aussi pour les entreprises et l'emploi ; le fonds qui aurait pu être constituer, aurait permis de financer les P.M.E. et les T.P.E. une solution intelligente serait la mixité la part de base ( fonctionnant par répartition ) et la part complémentaire ( + variable ) étant capitalisée, de toute façon les deux sont " obligatoires ", à ce sujet et pour continuer les économies, bien que des progrès ont été faits, la carrière d'un salarié doit être reconstituée plusieurs fois, pourquoi ne pas confier cette tâche à un seul organisme ?, même si les modes de calcul des droits, sont différents après.
Il me semble tout au contraire que le rôle exclusif de l’État est d'ARBITRER selon les règles issues des lois votées par les députés et surtout ne pas se mêler d'économie d'industrie ou de commerce et d'artisanat et encore moins d'agri-agroalimentaire.
Pour ce faire il dispose de ce qu'il faut: justice, forces de l'ordre, finances publiques.
Deux secteur doivent impérieusement rester sous contrôle, pour le "bien public", il s'agit de l'éducation (en y rattachant la culture) et de la santé
Le nombre de fonctionnaires* (et collatéraux) peut ainsi être diminué de un à deux millions en l'espace de dix ans peut être plus.
* à 3.5 millions d'€uros chacun en moyenne jusqu'à la fin de leur retraite (chiffres Didier Migaud, parti socialiste, président de la cour des comptes)
Dernier commentaire publié pour cet article
Quel dommage, que ces informations, ne soient jamais communiquées au public ( l’électeur moyen n'a sans doute pas le droit de savoir ), certains diront " c'est trop technique, ils ne comprendront pas ", "c'est une approche de la croissance qu'il faut me  Lire la suite
Idée à liste - 24/04/2014 à 13:25 GMT
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX